Exploration de thèmes

Un meneur de jeu, deux comédiens se mettent au service d'un groupe pour explorer une thématique : toxicomanie, violence, sexualité etc.

  1. se mettre en état de jeu ;
  2. explorer le thème par des jeux non verbaux ;
  3. construire des scènes problématiques / rechercher par le biais de l'improvisation des solutions aux situations problématiques.

Thèmes traités au cours des saisons passées :

Vivre en foyer logement au Foyer Jean Fourcassa de Trappes

La séance est inscrite dans un projet « Théâtre et santé » piloté par l'ANPAA 78.

Elles sont huit dames âgées, vivant dans ce foyer logement et volontaires pour participer à cette séance. C'est la troisième fois que nous nous rencontrons et nous commençons à nous connaître. Je viens accompagnée d'une comédienne (Cindy Girard) et d'un comédien (Lyès Mussati). Nous commençons à parler de manière assez informelle, puis, à partir des questions : « qu'est-ce qui pose problème et que souhaiteriez-vous travailler ? » un thème se dessine : la question de la solidarité entre personnes âgées dans le foyer. « On se soutient, mais certaines exagèrent. Elles sont trop exigeantes ! »

Je demande aux comédiens d'improviser sur ce thème. Les dames confirment : oui, cela peut tout à fait se passer comme cela.

Nous reprenons l'improvisation. Chacun des deux personnages joués par les comédiens vient raconter/se plaindre du comportement de l'autre auprès de l'une ou l'autre des dames spectatrices. Cela les implique directement dans le jeu sans qu'elles aient à quitter leur chaise.

La conversation repart. « Les jeunes sont moins exigeants que nous ». Ah bon ? Mon hypothèse est qu'ils ont d'autres exigences. Je propose aux comédiens d'improviser sur le thème de la Saint-Valentin (c'était hier). Chacun des deux partenaires à des attentes pour cette fête des amoureux, mais le quiproquo s'installe et la tension monte dans le couple. Les dames rient, commentent, développent, se mettent pour certaines à raconter leur rencontre avec leur époux défunt. « Les jeunes ont bien raison de vivre ensemble avant de se marier. Moi, mon premier mari, si j'avais vécu avec lui avant le mariage, jamais je ne l'aurai épousé. » Une autre dame nous raconte comment, folle amoureuse à 17 ans, elle a quitté sa famille pour suivre son ami âgé de 19 ans et comment ils ont eu ensemble ce qu'on peut appeler une belle famille (12 enfants... dont huit seulement ont vécu.) La conversation est très animée sur les droits respectifs des hommes et des femmes.

Parce qu'elles nous avaient demandé que la séance soit gaie, je mets en place une dernière improvisation où les comédiens montrent une scène traditionnelle de retour au foyer, le soir. Sauf que les rôles sont inversés. C'est l'homme qui a préparé à manger, la femme qui a une une journée exaltante et qui ne veut pas prendre sur son temps libre pour s'occuper des enfants.

La discussion reprend. Ce que les femmes y gagnent, y perdent... C'est l'heure qui détermine la fin de la séance. Mais aussi la partie de belote à laquelle certaines de ces dames sont attendues.

Rire, parler de soi, échanger, jouer aussi, pour celles qui le souhaitent : c'est un programme de santé.